WARNING! Not everything on this website is public domain.
It is ILLEGAL to copy and distribute our copyright-protected material without permission.
And it is an EVEN WORSE OFFENSE to omit the names of authors / translators.

The Lied, Art Song, and Choral Texts Archive

Guitare

Language: French

Gastibelza, l'homme à la carabine,
Chantait ainsi:
Quelqu'un a-t-il connu dona Sabine ?
Quelqu'un d'ici ?
Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne
Le mont Falù.
- Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou !

Quelqu'un de vous a-t-il connu Sabine,
Ma senora ?
Sa mère était la vieille maugrabine
D'Antequera
Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne
Comme un hibou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou !

Dansez, chantez!  Des biens que l'heure envoie
Il faut user.
Elle était jeune et son oeil plein de joie
Faisait penser. -
À ce vieillard qu'un enfant accompagne
jetez un sou ! ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Vraiment, la reine eût près d'elle été laide
Quand, vers le soir,
Elle passait sur le pont de Tolède
En corset noir.
Un chapelet du temps de Charlemagne
Ornait son cou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Le roi disait en la voyant si belle
A son neveu : - Pour un baiser, pour un sourire d'elle,
Pour un cheveu,
Infant don Ruy, je donnerais l'Espagne
Et le Pérou ! -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Je ne sais pas si j'aimais cette dame,
Mais je sais bien
Que pour avoir un regard de son âme,
Moi, pauvre chien,
J'aurais gaîment passé dix ans au bagne
Sous le verrou ... -

Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.  
Un jour d'été que tout était lumière,
Vie et douceur,
Elle s'en vint jouer dans la rivière
Avec sa soeur,
Je vis le pied de sa jeune compagne
Et son genou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre
De ce canton,
Je croyais voir la belle Cléopâtre,
Qui, nous dit-on,
Menait César, empereur d'Allemagne,
Par le licou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Dansez, chantez, villageois, la nuit [tombe!]1
Sabine, un jour,
A tout vendu, sa beauté de colombe,
Et son amour,
Pour l'anneau d'or du comte de Saldagne,
Pour un bijou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Sur ce vieux banc souffrez que je m'appuie,
Car je suis las.
Avec ce comte elle s'est donc enfuie !
Enfuie, hélas !
Par le chemin qui va vers la Cerdagne,
Je ne sais où ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
Me rendra fou.

Je la voyais passer de ma demeure,
Et c'était tout.
Mais à présent je m'ennuie à toute heure,
Plein de dégoût,
Rêveur oisif, l'âme dans la campagne,
La dague au clou ... -
Le vent qui vient à travers la montagne
M'a rendu fou !



Translation(s): GER ENG
H. Monpou sets stanzas 1, 4, 5, 9
F. Liszt sets stanzas 1-3, 9-11

View original text (without footnotes)
1 Liszt: "gagne / Le mont Falou"

Authorship

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Set in German, a translation by Theobald Rehbaum (1835 - 1918) , title unknown ENG Set in English, a translation by Anonymous/Unidentified Artist , title unknown GER [text unavailable]

Text added to the website between May 1995 and September 2003.

Notes about green, red, and white dots

Gentle Reminder
This is a personal project that I began in 1995. I receive no salary for my full-time work on it and, despite my best efforts, this project has never received public funding. It is supported financially by roughly 0.013% of our visitors. So if you found the information here useful, please consider making a donation. Your gift is greatly appreciated.
     - Emily Ezust
I also have a wishlist at Amazon.ca.

Gastibelza

Language: German

Gastibelza, der greise, kühne Jäger,
dies Lied begann:
Wer kannte sie von euch, Donna Sabine?
Ja, saget an!
O tanzt und singt, liebe Leute! In Dunkel
hüllen sich die Berge schon.
Der rauhe Wind, der durch die Klüfte heulet,
klingt mir wie Hohn.

Schön war sie, o ihr wißt es wohl, Sabine,
doch leicht von Sinn.
Sie war das Kind des alten
Berberweibes, der Pächterin.
Unheimlich war das Weib: für
Eine Hexe gar hielt man sie schon.
Der rauhe Wind, der durch die Klüfte heulet,
klingt mir wie Hohn.

O tanzt und singt! Was euch
Die Stunde schenkt, verschmäht es nicht!
Sie war so jung, war so hold! Reizend
war ihr süß Gesicht.
O gebt dem Greis, der euch dies singt, gebt dem
Armen! Ja, spendet ihm nur einen Heller zum Lohn!
Der rauhe Wind, durch die Klüfte heulend,
klingt mir wie Hohn.












































O tanzt und singt, liebe Leute! Dunkel
rings  umhüllt die Berge schon.
Doch eines Tages
verkaufte Sabine ihre Reize
und ihre Liebe
füreinen Ring des Grafen
von Saldagna, für schnödes Gold.
Der rauhe Wind, der durch die Klüfte heulet,
klingt mir wie Hohn!

Auf diese Bank, vergönnt es mir, muß
ich mich niederlassen!
Ich bin so schwach. Mit ihrem
Grafen ist sie dann entflohn, weit
in die Welt, durch Berg und Tal; keiner
wußte, wo sie dann blieb.
Der rauhe Wind, durch die Klüfte heulend,
klingt mir wie Hohn!

Von meinem Fenster aus konn't ich sie sehn
vorübergehn. Dann war's vorbei. Was
ich seit jenem Tage leide, man
ahnt es nicht: in dumpfer
Qual, die Seele ohne Rast
und Ruhe, voll Rost der Stahl.
Der rauhe Wind, der durch die Klüfte heulet,
er klingt wie Hohn!



Submitted by Ferdinando Albeggiani

Authorship

Based on

Musical settings (art songs, Lieder, mélodies, (etc.), choral pieces, and other vocal works set to this text), listed by composer (not necessarily exhaustive)

Text added to the website: 2007-11-26.